PETRO TIM : Le Gouvernement américain dément le PM : 230 milliards perdu par le Trésor public Sénégal

PM Dione

Le premier Ministre Mohamed Dione a été trahi et nous le répétons ici. Il a été envoyé au charbon par son patron qui ne lui a pas fourni tous les détails dans cette affaire rocambolesque. Le dossier de PétroTim a connu des rebondissements aux Usa sans que le Chef du Gouvernement n’en soit informé. 
Il y a de l’évasion fiscale orchestrée par deux sociétés écran « PétroTim Sénégal », « PétroTim Limited » créée uniquement pour décrocher la licence de recherches pour la revendre ensuite à la société américaine « Kosmos Energy Senegal ». Donc Alioune Sall et Franck Timis ont joué un rôle de courtier dans cette affaire pour amasser de l’argent. Ils ont réuni toutes les conditions pour décrocher cette licence avant de se retirer du deal. Le Trésor public Sénégalais a perdu plus de 230 milliards de FCFA. 
L’entreprise américaine « Kosmos Energy » a remis au Gouvernement des Usa les détails de ses activités au Sénégal. Sur ce document dont nous détenons copie et qui sera l’objet d’une vidéo réalisée par Baba Aidara, les américains ont révélé tout ce que le Gouvernement sénégalais a caché jusqu’ici dans cette affaire. Le premier Ministre allait se taire s’il était au courant de l’existence de ce document. 
Un acte de transfert a été signé entre « PETROSEN », « TIMIS CORPORATION LIMITED » et KOSMOS ENERGY SENEGAL. Il concerne les prospections d’hydrocarbures et les Contrats de production dans les blocs de Saint-Louis Offshore et Cayar Offshore.
L’acte de transfert est signé par ACTE DE TRANSFERT PETROSEN en faveur de l’entreprise « PétroTim Limited », une Société anonyme conformément à la Loi des Îles Vierges britanniques, enregistrées dans la Ville de Route avec le Registre du commerce sous les 07772 numéro 18, dont le siège social est placé(localisé) dans des Chambres de Trident, Wickhams le Récif, la BP 146, la Ville de Route, Tortola, mentionné ci-après comme « TIMIS la SOCIÉTÉ Limitée » et en ceci représenté par M. Guy Blakeney, agissant sous une Procuration (POA) pour la SOCIÉTÉ TIMIS Limitée, avec des pouvoirs pleins(complets) dans ce but,
Et 
L’Entreprise KOSMOS l’ÉNERGIE LE SÉNÉGAL, une Société anonyme conformément à la Loi des Îles Caïmans, enregistrées dans les Îles Caïmans dans le Registre du commerce sous le Wt de Nombre(Numéro) 290078, dont le siège social est au 4ème Plancher(Étage), la Cour(le Yard) de Siècle, la Place(le Carré) de Cricket, Hutchins l’Énergie(la Promenade en voiture), Elgin l’Avenue, George Town, le Grand Caïman KY1-1209, des Îles Caïmans, ci-après mentionnées comme « KOSMOS l’ÉNERGIE LE SÉNÉGAL » et en ceci représenté par M. Ragnar Fredsted, agissant sous une Procuration (POA) pour l’ÉNERGIE KOSMOS LE SÉNÉGAL, avec des pouvoirs pleins(complets) dans ce but.
Ce protocole a été signé par le régime du président Abdoulaye Wade le jour du 17 janvier 2012. Il est approuvé par le Décret Non. 2012-596 et le Décret Non. 2012-597 du 19 juin 2012 et concerne Cayar Offshore(En mer) et Saint Louis Offshores(En mer). Mais selon les américains, un autre contrat a été signé le 26 septembre 2012 entre PETRO TIM Ltd et PETROSEN et approuvé par le Ministre l’Énergie le 25 octobre 2012. Ce contrat a du coup rendu caduque celui signé par le régime libéral tombé par la suite. 
Le document publié par les autorités américaines a précisé que ce contrat signé le 19 juin 2012 et approuvé par le Ministre l’Énergie le 25 octobre 2012, « reste l’unique document valable ». Par conséquent, il annule celui signé par l’ancien régime. 
Lorsque le pétrole est découvert, « PETRO TIM Ltd » (société écran et marraine de PétroTim Sénégal) a obtenu 90 % des parts et PETROSEN 10 % des parts. 
Ensuite, par un acte appelé « l’Accord d’achat d’actif » daté le 3 juillet 2014, PETRO TIM Ltd (société écran et parrain de PétroTim Sénégal) a transféré à TIMIS CORPORATION Ltd (qui appartient à Franck Timis) ses 90 %. Ce transfert total des actions a été approuvé par l’Arrêté ministériel Numéro : 12328 de 4 août 2014. 
Il faut retenir que PétroTim Sénégal, PétroTim Limited, Timis Corporate c’est toujours la même personne Franck Timis l’ami d’Alioune Sall. 
Ensuite, le 19 août 2014 « TIMIS CORPORATION Ltd » qui appartient à Franck Timis transfère à « KOSMOS Energy SÉNÉGAL » 60 % des actions (90 %) qu’il avait acquises de PétroTim Limited. Et il garde les 30 %. Ainsi la nouvelle répartition des actions devient : Kosmos 60 %, Timis Corporate 30 %, Pétrosen 10 %. 
Il y a eu donc deux transferts : PétroTim Limited a cédé 90 % des parts à Timis Corporated. Dans cette transaction, l’Etat du Sénégal devait exercer son droit de prééemption estimé à prés de 230 milliards de FFCA. Cet argent n’a pas été viré au Trésor public. Aucune explication n’a été fournie aux sénégalais. Où sont passé ces 230 milliards de FCFA ?
L’autre transfert d’actions c’est quand Timis Corpored cède 60 % de ses parts à Kosmos Energy. Là, l’entreprise américaine a versé 200 milliards de FCFA. Le premier Ministre ne s’est pas prononcé sur cet argent donné par les américains. Seuls Alioune Sall, Franck Timis et le Directeur de Pétrosen peuvent nous édifier.

Nous attendons la sortie de la vidéo de Baba Aidara pour publier les documents du Gouvernement américain.

Un juriste à Paris les accuse de crime économique…Macky, Aliou et Aly Ngouille

AFFAIRE PETROTIM : UN EFFROYABLE CRIME ECONOMIQUE COMMIS PAR LA BANDE DES 3…

Par Seybani Sougou, Juriste à Paris

Chaque jour qui passe apporte son lot de révélations et de rebondissements sur l’effroyable crime économique perpétré contre le SENEGAL par la bande des 3 (Aliou SALL, Aly Ngouille N’DIAYE et Macky SALL).

Comme dans le film culte du réalisateur italien SERGIO LEONE, « le bon, la brute et le truand » qui met en exergue trois bandits dont l’unique obsession tourne autour de l’argent, le rapport de l’Inspection Générale d’Etat N°94/2012, constitue une immense déflagration qui ébranle le régime en place, et éclabousse au premier chef, Macky SALL, dont la responsabilité est totale, pour avoir signé, les décrets d’approbation, en violation totale de la loi, passant outre, les recommandations de l’IGE, dont les termes sont extrêmement clairs. L’ordre de mission N°035/PR/CAB/IGE du 30 mai 2012,délivré aux inspecteurs d’Etat M. Gallo SAMB et M. Oumar SARR prouve que le rapport a été commandité par la Présidence de la République (porte l’empreinte de Macky SALL). Pour mémoire, Macky SALL a prêté serment devant le Conseil Constitutionnel le 02 avril 2012 (donc bien avant le 30 mai 2012) et avait donc toute latitude d’engager ou de ne pas engager la signature du Sénégal. La signature des décrets d’approbation des décrets par Macky Sall est hautement suspecte dans la mesure où l’IGE a clairement précisé que toute approbation serait improductive et ne générerait aucun gain pour l’Etat du Sénégal (page 43 du rapport). Par ailleurs, le libellé de la page 45 du rapport N°94/2012 de l’IGE ne laisse place à aucun doute :

  • Il est expressément demandé le retrait des permis octroyés à PETROTIM, en raison des irrégularités qui entachent la validité de la convention.

Pourquoi diantre Macky SALL a-t-il signé les décrets d’approbation ? Après la lecture des 46 pages du rapport de l’IGE N°94/2012, chaque sénégalais est atteint dans sa chair, victime d’un « vol d’Etat ». Les actes commis par la bande des 3 (les crimes économiques s’élèvent à des milliers de milliards de F CFA), sur fond de népotisme, de corruption et de concussion, dépassent l’entendement et hypothèquent sérieusement l’avenir des générations futures (des millions de sénégalais).

Au vu du rapport de l’IGE, ll s’agit désormais :

  • D’engager immédiatement des poursuites judiciaires à l’encontre d’Aliou SALL (il n’est plus possible de nier les faits et de s’enferrer dans un mensonge d’Etat par des conférences à n’en plus finir),
  • D’activer la Haute Cour de Justice pour des faits qui peuvent être qualifiés « de haute trahison » à l’encontre du Ministre de l’Intérieur ALY NGOUILLE NDIAYE dont la responsabilité pénale est confirmée, par le rapport de l’IGE, et de Macky SALL, signataire des décrets d’approbation qui ont engagé l’Etat du Sénégal, dans un gouffre économico- financier sans précédent et dans une trajectoire de pillage des deniers publics sur fond d’affairisme.

Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr