La communauté francophone m’a dénigrée », affirme Léonie Tchatat

© MATEO GARCIA-TREMBLAY

Dans une entrevue exclusive avec Radio-Canada, Léonie Tchatat fustige la communauté francophone de l’Ontario pour l’avoir « laissée tomber » et « dénigrée » depuis la parution de l’enquête du Toronto Star sur son organisme La Passerelle-I.D.É.

Au micro de l’animatrice de l’émission Y a pas deux matins pareils Marjorie April, Mme Tchatat a réfuté les nombreuses allégations du quotidien torontois. Radio-Canada n’a pas été en mesure de vérifier ces allégations de façon indépendante.

Racisme

Tout au long de l’entrevue, Léonie Tchatat a martelé qu’elle n’avait rien à se reprocher et que si elle avait un regret, c’était de voir que mes vingt ans de contribution profonde dans la francophonie ontarienne n’ont pas été respectés […] et de voir à quel point il y a encore un racisme réel.

Elle soutient que si elle avait été une femme blanche, elle n’aurait pas eu à passer au travers du même préjudice. Elle a dit avoir reçu des menaces de mort et s’être fait chasser de tables à des événements publics.

Laisser un commentaire