Chasse à l’homme à Shawinigan: un suspect arrêté


Une photo audacieuse pour la promotion de son livre 
Alberta: 8 promesses électorales à évaluer 

© Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Un homme possiblement armé a tenu la Sûreté du Québec en haleine, jeudi, à Shawinigan. Le suspect a finalement été arrêté en fin d’après-midi, sur la 214e Rue, dans le secteur Saint-Georges, par des policiers lourdement armés.

Les élèves des écoles Dominique-Savio et Jacques-Plante ont même été confinés dans leur établissement scolaire, une partie de l’après-midi, à la demande de la Sûreté du Québec. 

«Vers 13 h 30, nos policiers ont mené une opération dans le secteur Saint-Georges relativement à un individu qui aurait tenu des propos menaçants. Par mesure préventive, nous avons demandé aux élèves ainsi qu’au personnel des deux écoles du secteur de bien vouloir demeurer à l’intérieur des édifices le temps de l’opération. Il est important de souligner que les écoles n’étaient pas visées par les menaces. C’est purement par mesure préventive que nous avons pris cette décision», explique le sergent Daniel Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le suspect a tenu des menaces sérieuses dont la nature n’a pas été dévoilée par la Sûreté du Québec. Il se déplaçait à pied dans le secteur.  C’est parce qu’il était soupçonné d’être muni d’une arme que les policiers ont demandé aux écoles de ne pas faire sortir les élèves. «Il n’y avait pas de chance à prendre. La menace était crédible et réelle. Il fallait agir et c’est ce qu’on a fait. Il y a eu plusieurs techniques d’enquête et de ratissage employées sur les lieux pour le retrouver le plus rapidement possible. Lorsqu’on prend la décision de demander à un établissement scolaire ou autre de se mettre en mode de confinement, c’est qu’on croit que les menaces sont crédibles. Il n’y a pas de chances à prendre», précise le sergent Thibodeau.

Les effectifs policiers étaient d’ailleurs omniprésents dans le secteur. 

L’homme de 23 ans de Shawinigan a finalement été arrêté, vers 16 h, dans une résidence du secteur Saint-Georges. Il était rencontré par les enquêteurs, jeudi soir. Il n’a été possible de savoir s’il était bel et bien armé. Il devrait comparaître vendredi. 

À la Commission scolaire de l’Énergie, on assure que tout s’est bien passé. «La Sûreté du Québec a gardé les élèves à l’intérieur de l’école. Elle les a gardés en sécurité pour vraiment vérifier si le suspect était là et pour s’assurer qu’il n’y avait pas de problème. Tout s’est passé rondement et ça s’est fait dans le calme. Le personnel était sur place pour encadrer les élèves et l’opération s’est très bien déroulée», explique Renée Jobin, porte-parole.

À la fin des classes, les élèves ont été évacués de leur établissement scolaire sous surveillance policière. C’est la première fois qu’un épisode de confinement touche la Commission scolaire de l’Énergie.

À la Sûreté du Québec également, on était satisfait de la collaboration de la population. «Dans l’ensemble, l’opération s’est très bien déroulée. On a eu une excellente collaboration des citoyens du secteur ainsi que des deux écoles importunées.»

Laisser un commentaire